Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 00:21

16/08/2010:

 

Les 2 heures entre 4h30 et 6h30, on etait assez horrible. Impossible de dormir. Une seule envie, voir le soleil, symbole de chaleur et de vie, inonder la vallee et le bus.

A 6h30, un vrai changement a lieu. Le bus passe sur une route goudronnee et le soleil, la boule de feu, commence a rechauffer l'atmosphere. On arrive a Camiri.

La suite du trajet sera assez agreable, on se rechauffera peu a peu et la route goudronnee en bon etat sera reposante. On traverse la region du Chaco, de grands espaces herbeux avec en arriere fond les hauts plateaux. Je ne trouve pas ca exceptionnel contrairement a ce qui est dit dans les guides.

 

On arrive a Yacuiba a 10h30 soit 30 minutes d'avance sur l'heure prevue. Tant mieux. On croise le chauffeur qui a une joue gauche deformee par son enorme boule de coca qui lui a permis de supporter le trajet de nuit difficile sur la piste defoncee.

 

A Yacuiba, on prend un taxi (15B la voiture) avec les filles qui nous amene au poste frontiere en 10 minutes.

 

On traverse la frontiere a pied en empruntant un pont. Les formalites boliviennes sont assz simples et rapides. On en profite pour changer nos Bolivianos en pesos. On a en main notre derniere monnaie du voyage.

 

Arrives au poste de controle argentin, les formalites sont un peu plus longues et penibles. On attend 15 minutes pour avoir nos visas. Nos bagages passent ensuite aux rayons X. Ils nous fouillent nos petits sacs et nous posent des questions sur notre voyage. Ca se finit plutot bien avec des sourires et quelques mots en francais. Je suis aussi surpris, les douaniers nous accueillent en jean et clope a la main. J'ai l'impression de revenir en France 20 ou 30 ans en arriere.

 

Pour rejoindre la gare routiere, on prend un nouveau taxi (5Pesos = 1 Euro). Malheureusement, il y a un bus qui part tout de suite pour Salta mais qui est plein. On devra attendre 2h30 de plus. On change encore une fois d'heure. On se rapproche du retour, nous ne sommes plus qu'a -5h.

 

On en profite pour aller retirer de l'argent, manger un almuerzo qui ne change pas trop des menus boliviens et aller sur internet. On reservera aussi par telephone notre hotel pour le soir.

Ce qui nous frappe directement en Argentine, c'est que la langue est la meme mais qu'ils parlent vraiment beaucoup plus vite. On verra bien question d'habitude.

 

On prend le bus a 15h30, semi-cama, tout confort, presque un plaisir.

Apres 3 controles de police et de douane, ou l'on doit sortir nos sacs de la soute pour la fouille, on arrive 6h30 plus tard a destination a Salta. Il y a aussi une nouvelle chose en Argentine, on doit donner une propina aux mecs charges de ranger et sortir les bagages des soutes. On hallucine un peu.

 

On prend un taxi pour rejoindre l'hotel. On demande le prix avant de monter par habitude. Le mec nous repond que c'est entre 5 et 7, on ne comprend pas trop. En fait, il y a un compteur. Ca fait bien longtemps que l'on n'a pas vu ce type de machine. On ne va plus devoir negocier les prix.

 

On arrive a l'hotel "Salta por Siempre"ou l'on nous attend bien. On regagne notre chambre matrimoniale avec salle de bain privee (120P = 24 E). On pose nos affaires puis on sort pour ressortir et trouver un resto. Il est deja 23h00, on est creve mais on a faim.

On trouve une parilla familiale encore ouverte. En rentrant, ca me fait penser au bar ''Los 2 hermanos''. On se pose et on deguste un steack de boeuf avec du vin. Ca y est, on se sent vraiment en Argentine. Ca va etre enorme.

 

On rentre ensuite vite se coucher pour bien dormir.

 

 

 

 

AU TOTAL:

 

On quitte donc la Bolivie. On aura encore passe des moments magiques. Rien que par l'impressionnante La Paz, le magnifique lac Titicaca, la proximite de la cordillera Real, l'irrel Sud Lipez et la cordillera Los Frailes avec ses costumes typiques, ce pays merite de le decouvrir. On aura fait quelques belles rencontres mais on aurait aime en faire plus. Le caractere plus reserve des boliviens de l'Altiplano y est certainement pour quelque chose.

 

Repost 0
Published by astridetarnaud - dans Bolivie
commenter cet article
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 02:16

15/08/2010

 

Notre marathon de 36h de bus commence donc avant de se poser dans un vrai lit en Argentine.

 

On se leve a 7h00 pour aller a la gare routiere. On prend un taxi ou l'on rencontre encore un chauffeur tres sympa.

Heureusement l'office de la compagnie de bus est deja ouverte. On achete donc nos billets (120B chacun). Il n'en restait que 7. On a bien fait de venir maintenant et non pas dans l'apres-midi apres le marche de Tarabuco.

 

On prend un autre taxi qui nous amene a l'arret des collectivos qui se rendent a Tarabuco (8B chacun). Dix minutes plus tard, on a reussi a monter a 18 dans le vehicule. On part a 8h00. On a la bonne surprise de trouver une route goudronnee en tres bon etat. On ne mettra que 1h30, la moitie de ce que l'on avait prevu.

 

On arrive donc a 9h15 au village de Tarabuco. D'un cote c'est un peu tot car les vendeurs n'ont pas fini d'installer leurs etals (notamment touristiques) mais d'un autre il n'y a encore aucun touriste.

 

On fait donc un premier tour de la place  avec son eglise et du marche.

 

MG 6479

 

On croise nos premiers costumes traditionnels. Les femmes portent un grand tissu en cape (''aqsu'') assez joli dans des couleurs beaucoup plus sobres que dans les autres regions andines. Elles sont egalement coiffees d'un haut chapeau avec des motifs colores et des fils qui tombent sur le front.

 

MG 6482

 

Apres un premier tour dans les rues animees du village, on revient sur la place centrale pour prendre un petit dejeuner en terrasse. C'est bien agreable, il fait super beau et chaud.

 

On voit arriver des dizaines et des dizaines de touristes qui descendent de leur bus. Le contraste entre les deux habits traditionnels est assez sympathique. Le style de certains est assez genial.

 

MG 6483

 

Apres notre petit dejeuner, on repart s'enfoncer dans les rues de Tarabuco. Les hommes portent un poncho aux couleurs moins aveuglantes et un chapeau qui ressemble un peu aux casques des conquerents espagnols avec des petits pompons.

Malheureusement, aussi bien les femmes que les hommes refusent systematiquement d'etre pris en portrait. Je ne ferai donc plus de portrait pendant ce voyage. Le dernier (cf Cordillera de Los Frailes avec le charango) sera peut etre l'un de mes preferes.

 

MG 6484

 

On fait un tour au nouveau marche des fruits et legumes ou il n'y a pas grand stand. On y trouve quand meme une petite pensee pour le Pays Basque.

 

MG 6487

 

On s'achete quelques fruits pour le dessert de notre repas du midi.

 

MG 6490

 

Dans les autres rues, on trouve comme d'habitude de tout : produits d'hygiene, des clous, de la laine, des gateaux et bien sur des sacs de 300L remplis de feuilles de coca et l'alcool prefere des boliviens le CEIBO ''alcool potable a ... 96%''. Excellent et goutu avec pas mal de retour.

 

MG 6492

 

On continue notre tour ou l'on achete des elastiques a cheveux, du shampoing, de la creme hydratante et des graines rouges et noires pour faire des colliers au retour.

On achete ces perles a une petit mamie qui vend des offrandes pour la Pachamama.

 

MG 6499

 

On se dirige maintenant un peu en dehors de la ville ou il y a le vieux marche de fruits et legumes avec des etals a l'interieur et a l'exterieur.

 

MG 6501

 

 

MG 6503

 

A l'interieur au rayon boucherie se trouve une vraie exposition d'art contemporain ou les produits frais sont admirablement mise en scene. 

 

MG 6509

 

Avant de quitter la ville, on s'achete une cape traditionnelle de femmes qui nous servira de nappe.

On reprend un collectivo pour rejoindre Sucre. Une heure et demie plus tard, on arrive a destination. On saute du microbus au pied de notre rue.

On decide de manger a l'hotel les pates et la sauce tomate qui nous restait. Ca nous evitera de transporter du poid en plus. On profite une derniere fois de la terrasse avec la superbe vue sur la ville.

 

On fait une derniere viree en ville pour essayer de trouver une boite aux lettres pour nos cartes postales que l'on a ecrites dans la journee. On ne trouve pas de boite aux lettres, aucune a l'exterieur de la poste. On va donc dans un grand hotel pour leur demander. Gentiment, ils nous proposent de les prendre et d'aller les amener demain. Une solution deja experimentee a Bombay qui normalement marche assez bien. On verra.

 

Apres une courte session internet, on retourne a l'hotel pour prendre nos sacs et rejoindre la gare de bus pour notre grande aventure routiere.

Les adieux ave Tania la patronne est assez amicale, elle s'excuse de nouveau pour les problemes rencontres. On aura un souvenir mitige de cet hotel qui reste quand meme super propre et jouissant d'une vue assez rare pour le budget.

 

On arrive donc a la gare routiere pour prendre notre bus qui nous amenera a la frontiere avec l'Argentine en 18h00. En attendant le bus, on fait connaissance avec 2 francaises (Segolene et Emilie) embarquees ave nous dans la meme aventure a cause des greves a Potosi. 

 

On decouvre notre superbe bus. On le prendra sous son meilleur profil.

 

P1050453

 

Pour le confort a l'interieur, la tele n'etait qu'une caisse vide, la musique etait pour une fois a faible volume et surtout de qualite, les rafraichissements non presents mais on s'en doutait, les sieges inclinables acceptables et le chauffage totalement absent. En bonus, ils nous ont offert un petit souvenir des bus de nuit indien a savoir que des que la route est defoncee (de 20h a 6h), la fenetre s'ouvre avec les vibrations.

 

Mais bonus, 2h apres le depart, une bolivienne se leve dans le bus, et s' enveloppe dans une couverture, jusque la rien de tres anormal mais ensuite elle s'accroupit et pisse dans un sac en plastique que lui tient sa copine puis elle jette tout naturellement le sac par la fenetre. On n'avait encore jamais vu ca pendant nos longues heures de transport en commun !

 

P1050455

 

Au total, le confort du bus etait previsible ainsi que l'etat de la route mais par contre, on a eu froid comme rarement malgre nos vestes et nos grosses polaires. Vue la chaleur dans le bus entre Cochabamba et Sucre, la chaleur des jours precedents, le fait de redescendre en altitude et de se rapprocher de l'Amazonie, on a fait la grosse erreur de ne pas prendre de couverture. On a eu froid comme rarement. J'ai du ferme la fenetre a peu pres 200 fois pendant la nuit, un peu dur de dormir.

 

Repost 0
Published by astridetarnaud - dans Bolivie
commenter cet article
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 01:41

12/08/2010 :

 

Au lever, on a droit a une confrontation avec la femme de menage au sujet de notre argent manquant, on adore ca! elle nous certifie qu'elle n'est pas rentree dans notre chambre, bizarre, nos 20 euros et 5 dollars se seraient mysterieusement envoles... La proprio bien embetee, nous deduit l'argent de notre note d'hotel, c'est sympa de sa part.

A 11h, le 4x4 de l'agence et notre guide, Denis viennent nous chercher. Il a 23 ans et est etudiant en tourisme. Il bosse a cote pour se payer ses etudes.

Sur la route, en quittant Sucre on croise des mannequins en tissus attaches a des poteaux avec une planche en carton autour du cou, on en avait deja croise a La Paz. Denis nous explique que c'est un moyen de dissuasion des vols, voila le sort reserve aux voleurs par les habitants du quartier. Pas de police, la justice est faite sur place.

 

MG 6314

transport local : un camion

 

Une heure et demie apres le depart, nous sommes a la chapelle de Chataquila avec une pierre en forme de Vierge, revetue d'une robe et veneree.

On reprend la route pour 10 min puis notre chauffeur nous pose. C'est le debut de notre marche, direction les peintures rupestres de Pumamachay  et d'Incamachay.

On marche 2h en surplombant la vallee. Au loin, on apercoit le cratere de Maragua, notre objectif du lendemain.

 

MG 6325

 

MG 6328

vegetation locale brulee.

 

On arrive en premier au site de Pumamachay ou les peintures sont visibles mais derriere une grille en fer pour cause de vandalismes. Elles dateraient de 2000 ans. rien de tres impressionnant.

Le deuxieme site, un peu en contrebas est beaucoup plus visible. Il daterait de 1500 ans. Les pigments de ces peintures sont faits avec des melanges de pierres et de vegetaux.

 

Cette peinture pourrait representer une femme en train d'accoucher. A l'epoque, il n'y avait pas de peridurale seulement des tresses a tirer !

 

MG 6331

 

P1050395

 

Apres une pause pique nique, on continue notre marche jusqu'au village de Chaunaca. les paysages sont tres differents avec des roches rouges et tout un degrade de verts avec la vegetation. C'es un regal pour les yeux.

 

MG 6335

 

MG 6347

 

Apres avoir rejoint la riviere en contre bas, on suit la route de terre jusqu'au village. On croise quelques paysans dans les champs, d'autres sur la route avec des chargements sur le dos et bien sur les inevitables gamins qui nous demandent des "caramelos" ou des "regalos".

On arive a 18h a notre petit village. On trouve refuge pour la nuit dans un centre d'information gere par ASUR ( la meme asso que le musee de Sucre) avec une cuisine et des matelas sur le sol apporte par un des villageois.

 

MG 6350

 

On passe une tres bonne soiree avec Denis qui nous parle de sa vie etudiante. C'est un gros fetard et il nous donne une autre vision de la jeunesse bolivienne qui ressemble plus a la notre.

 

P1050401

 

 

13/08/2010

 

Apres une bonne nuit de sommeil seulement troublee par le chant du coq a partir de 4h , on prend la route en direction du cratere de Maragua. Apres avoir croise le cimetiere du village, on descend dans le lit de la riviere pour le debut de la rando.

 

MG 6353

 

Les roches qui nous entourent ont encore des teintes hallucinantes, ave des degrades de rouge jusqu'au parme et violet.

 

MG 6359

 

MG 6368

Formations geologiques sur le chemin

 

 

Apres une ultime traversee de la riviere sur un vrai pont cette fois ci et une belle montee, nous faisons une pause repas bien meritee avec d'un cote vue sur une falaise aux differentes strates et de l'autre cote sur la vallee aux couleurs hallucinantes.

 

MG 6373

 

Sur le chemin, nous croisons une paysanne en habits traditionnels jalq'a mais en lambeaux. Elle echange des tubercules ocas contre de la coca a notre guide.

 

MG 6381

 

Nous arrivons enfin a 15h au cratere de Maragua. Ce cratere fait 8 km de diametre et aurait ete forme par la chute d'une meteorite.

En tout cas, il est splendide avec comme une succession de petites collines formant ses bords, avec a l'interieur des circonvolutions dans des degrades de vert !

 

MG 6388

 

L'interieur du cratere est forme de roche rouge, de cultures et du village de  Maragua. Lieu assez insolite, le cimetiere est perche en haut d'un colline en plein milieu du cratere.

 

MG 6392

 

Apres avoir pose nos affaires dans de charmantes petites maisons aux toits de chaume gerees par l'asso ASUR, on part voir une petite cascade (pas formidable) et un point de vue sur la vallee. On distingue au loin la ville de Sucre.

 

MG 6398

 

On insiste ensuite aupres de notre guide pour aller voir le cimetiere pour avoir une vue panoramique sur le cratere. Il est un peu reticent au debut car il y aurait eu des vandalismes dans le cimetiere et les villageois ne voient pas les visiteurs d'un tres bon oeil. Il finit quand meme par accepter et apres une belle montee nous voila en haut. La vue est tres belle avec notamment de belles lumieres du soleil couchant.

 

P1050412

 

P1050415

 

Arno prend beaucoup de plaisir a jouer avec les lumieres et le contre-jour.

 

MG 6414

 

MG 6419

 

On apercoit au loin un arbre, notre objectif de demain matin pour sortir du cratere.

 

MG 6424

 

 

On rentre a notre petite maison, beaucoup plus confortable que celle de la veille. On a une chambre rien que pour nous, il y a une salle de bains et une cuisine. Le seul probleme, c'est qu'il y a une panne d'electricite dans le village, ce sera donc diner aux chandelles et bougies dans la chambre, tres romantique.

 

P1050418

 

 

14/08/2010

 

On prend, apres le petit dej la direction de notre arbre, en marchant au milieu de la terre rouge du cratere.

 

MG 6429

 

On croise sur notre chemin de nombreux anes et une bolivienne rentrant dans son village de l'autre cote du cratere. 

MG 6435

 

MG 6437

  Petite pause en haut du cratere pour reprendre son souffle

 

Les paysages changent encore une fois avec cette fois ci un desert de pierres. on est accoste plusieurs fois par des enfants qui veulent nous vendre des fossiles d'escargots.

 

MG 6438

 

On arrive 3h apres au site de Niñu Mayu, lieu ou on peut apercevoir des empreintes de dinosaures dans la roche. Il s'agirait plutot d'un petit dinosaure car les empreintes ne sont pas tres espacees. On croise sur place un autre touriste assez speed avec un comportement assez bizarre avec son guide. Denis nous dira plus tard qu'il avait des traces de cocaine sous le nez ...

 

MG 6440

 

On redescend tranquillement jusqu'au village de Chullpa. On croise sur la route 3 autres touristes qui nous confirment qu'il y a bien une fete a Potolo, c'est chouette.

 

MG 6447

 

On s'avance sur la route en direction de Potolo puis on se pose pour attendre notre 4x4. Celui-ci finit par arriver 1h apres et on part pour Potolo.  Cinq minutes apres, la jeep s'embourbe dans une rigole avec ruisseau. Il faudra l'aide de 2 paysans avec leurs pelles pour nous sortir de la.

 

MG 6448

 

On arrive a Potolo a 15h. On va vite manger (riz/frites/oeuf au plat) avant de retourner sur la place principale pour profiter de la fete. 

 

Les gamins s'amusent avec de petites voitures en se poussant chacun son tour !

 

MG 6453

 

La fete est organisee en l'honneur de l'anniversaire du village. Beaucoup de villageois des environs sont la aussi. Chaque groupe vient chacun son tour au milieu de la place avec des chants et des danses.

 

MG 6455

Danseur jalq'a

 

MG 6456

 

MG 6475

 

MG 6457

Danseur deguise avec une tete de chevre

 

Les autres villageois se pressent autour de la place pour admirer le spectacle , tout en machant de la coca pour certaines.

 

MG 6461

 

Les chants tournent le plus souvent en une veritable cacophonie, en voici un petit apercu !

 

 

Admirer la foule est pour nous tout un plaisir avec de belles couleurs, des chapeaux et de beaux costumes traditionnels.

 

MG 6462

 

MG 6463

 

Le costume jalq'a typique est chez l'homme un pantalon blanc descendant tres bas sur les hanches avec une chemse blanche et une ceinture brodee autour de la taille, le tout couronne d'un chapeau blanc avec un ruban de couleur.

 

P1050434

 

Ils peuvent aussi revetir des ponchos sombres par dessus.

 

P1050444

 

Les femmes quand a elles, ont un costume sombre avec un ''aqsu'' tisse autour de la taille.

 

P1050447

 

Les musiciens sont aussi au rendez-vous.

 

MG 6464

 

MG 6470

Joueur de charango (un de mes portraits preferes)

 

 

Il y a aussi 3 mariages celebrees ce jour la. On apercoit une mariee se rendant a l'eglise accompagnee de sa famille. Tout le groupe nous evoque le film "chat noir, chat blanc" avec une mariee de tres petite taille paree d'un voile et d'une tenue assez extravagante.

 

MG 6471

Couple de maries sortant de l'eglise

 

Il est 16h30, il est temps de rentrer a Sucre ou on arrivera a 19h.

Une fois a l'hotel, une autre deconvenue nous attend, il y a eu apparemment un probleme dans les reservations par internet et notre ancienne super chambre n'est plus disponible. Tania nous donne une chambre dans sa propre maison pour la nuit. On est un peu degoute car elle est beaucoup moins bien que l'autre. Ca commence a faire beaucoup pour un meme hotel.

 

On part consulter nos mails apres une bonne douche. On a un mail de Yolene qui nous deconseille de prendre le bus jusqu'a Villazon, ce qu'on avait prevu de faire lundi soir car ce bus est oblige de prendre une route alternative, Potosi etant toujours bloque. Elle a voulu le prendre la veille mais son bus a ete arrete par la police et a ete oblige de retourner a Sucre.

Il faut donc qu'on change nos plans a la derniere minute et qu'on aille en Argentine via Yacuiba (18h de trajet). Le bus pour s'y rendre part dimanche ou mercredi. On partira donc demain soir en esperant qu'il y aura toujours de la place dans le bus. On ira demain matin a la gare routiere avant de partir au marche de Tarabuco.

 

On va diner dans un resto allemand, tres bon ca nous change du menu unique du trek (oeuf/riz/frites). Arno mange un excellent goulash avec une puree. Un regal, surtout que ca faisait une eternite que l'on avait pas mange un vrai plat en sauce.

Repost 0
Published by astridetarnaud - dans Bolivie
commenter cet article
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 00:48

10/08/2010 : 17 degres, ciel bleu

On arrive a 5h20 a la gare routiere de Sucre, un peu tot pour debarquer a l'hotel qu'on a reserve. On poireaute donc une heure a la gare, essayant de se renseigner pour la suite du parcours et notre passage en Argentine mais la plupart des agences sont fermees, il faudra donc revenir.

A 6h30, on se decide a prendre un taxi pour aller jusqu'a un petit hotel qui est plutot chambre d'hotes dans la quartier de la Recoleta "La Casa Tronco". On y est accueilli par Tania, la proprio. Elle nous fait le tour de la maison, c'es hallucinant il y a une super cuisine tout equipee au dernier etage seulement pour les clients (il n'y a que 4 chambres) avec une terrasse et une superbe vue sur Sucre.

En attendant que la chambre soit prete, on va acheter de quoi petit dejeuner dans une tienda a cote et admirer la vue de la Plaza Anzures sur Sucre, surnomme "la ville blanche".

On trouve des petits pains a la croute bien croustillante. Un delice.

 

MG 6195

 

MG 6202

Plaza Anzures, quartier de la Recoleta

 

On se pose ensuite sur la terrasse, admirant la vue et bouquinant au soleil.

 

MG 6203

Vue de la terrasse

 

A 10h, notre chambre est prete, elle est spacieuse et lumineuse, vraiment geniale. On va s'habituer au confort !

Apres une bonne douche, on part a la decouverte de Sucre. Tous les batiments coloniaux sont de couleur blanche, tres bien restaures et surtout tres propres.

 

MG 6219

Plaza centrale avec la cathedrale en fond

 

MG 6208

 

On est encore frappe par la difference d'ambiance avec La Paz et les autres villes de l'Altiplano. Sucre est une ville tres etudiante avec une universite reputee dans toute l'Amerique du sud. Les rues sont donc remplies de jeunes en uniforme ou vetements occidentaux, un portable a l'oreille.

 

MG 6214

 

En se baladant, on fait le tour des agences de voyage pour partir dans la cordillera de los Frailes 3 jours. On nous a dit que le chemin etait difficile a trouver et que les locaux parlaient exclusivement quechua, on est donc oblige de prendre un guide. Ce dernier petit trek, je l'espere va nous permettre de decouvrir la campagne bolivienne et ses locaux et de sortir un peu des grands circuits touristiques.

Apres pas mal de recherches, on arrive a trouver l'agence Eclipse Travel qui a un programme qui correspond exactement a ce qu'on veut faire, notamment terminer le dernier jour a Potolo car normalement il y a la fete ce jour la.

On retrouve Yolene pour diner, elle nous donne les dernieres nouvelles de la greve et de sa galere pour trouver un transport pour aller jusqu'au salar. Cette apres midi, le gouvernement bolivien devait rencontrer des representants de Potosi, on verra bien ce que ca donne.

 

 

11/08/2010 :

 

Apres une bonne grasse mat, on repart a la decouverte de Sucre avec plusieurs missions : aller a l'office de migration pour prolonger notre visa (normalement c'est bon a un jour pres, mais avec ses histoires de greve, on ne sait jamais) et a l'agence de voyage pour confirmer notre trip et payer. Le probleme, c'est que le temps de trouver l'office d'emigration, il est ferme et ne reouvre que cet aprem, pareil pour notre agence de voyage... il faudra donc revenir.

 

MG 6223

 

On va donc se rasassier au marche central avec plat de chorizo puis jus de fruit et salade de fruits, tres bon.

 

MG 6228

 

MG 6229

Iglesia de san Francisco

 

Apres ce bon dejeuner, on part visiter le musee du textile et des arts indigenes, qui est en face du couvent de Santa Teresa. Pour la petite histoire, la ruelle qui jouxte le couvent etait autrefois pavee d'ossements humains pour rappeler aux passants le caractere inevitable de la mort, charmant.

 

MG 6231

Couvent de Santa Teresa

 

Le musee est gere par l'organisation ASUR qui met en avant les differents artisanats regionaux et a permis la renaissance de certains tissages. Le musee est vraiment tres bien fait avec un livre en francais reprenant toutes les explications, plutot rare et bien appreciable.

Une des pieces nous montre l'evolution des textiles dans la region de Sucre avec la perte de toutes les traditions concernant les tissages jusqu'a ce que l'association ASUR en financant des projets et des tisserands les retrouve et les modernise.

Un peu plus loin, on peut admirer des femmes au travail, assez impressionnant : une piece de tissu demande 2 mois de travail.

 

MG 6237

Femme jalq'a au travail

 

MG 6240

Femme de la region de Tarabuco en plein tissage

 

Apres cette session musee qui nous aura quand meme pris 2h, on retourne a l'agence et a l'office de migration. Les douaniers sont tres sympas et nous prolongent notre visa sans probleme.

 

MG 6242

 

On se rend ensuite au couvent de San Felipe Neri ou on peut monter sur le toit admirer la vue sur Sucre et ses toits.

 

MG 6266

 

Il y a de nombreux bancs sur les toits ou les moines venaient profiter de la vue.

 

MG 6272

 

MG 6276

Cloitre du couvent, aujourd'hui transforme en cour d'ecole

 

P1050361

 

P1050391

 

On reste finalement sur les toits pour admirer le coucher du soleil, un tres beau moment !

 

MG 6282

 

MG 6307

 

On rentre ensuite a l'hotel ou une mauvaise surpise nous attend, on nous a vole de l'argent dans la chambre. C'est une des rares fois ou on laisse de l'argent dans une chambre d'hotel mais on se sentait en confiance et j'avais besoin de laver ma banane. La patronne interrogee est tres surprise, c'est la premiere fois que ca arrive, elle verra demain avec la femme de menage. On est bien degoute !

Le soir, pour changer on va diner dans un resto chinois, on commence a en avoir un peu marre du regime riz/frites/viande grillee !

Repost 0
Published by astridetarnaud - dans Bolivie
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 21:05

09/08/2010 :

 

On fait nos adieux a Rubben et a son hotel avant d'aller a la gare routiere attraper notre bus pour Cochabamba, ville etape avant d'aller a Sucre.

 

Notre bus fait d'abord etape a l'Alto, quartier de La Paz situe sur les hauteurs ou il fait le plein de locaux. De nombreuses boliviennes montent, toutes habillees de facon traditionnelle avec leur chapeau melon, leurs longues tresses reliees entre elles par un ruban et leurs multiples couches de jupes et jupons qui au-dessus de leurs larges hanches leur donnent une silhouette bien triangulaire...

 

Le voyage se passe au gre des paysages variants sous nos yeux. Je pense que ces longs trajets en bus vont me manquer une fois rentres en France. Tu peux passer de longues heures, le front colle contre la vitre en laissant tes pensees vagabonder tout en te delectant de la vie locale et des paysages.

 

On arrive a Cochabamba (7h de trajet) vers 15h. On se renseigne a la gare routiere pour trouver un bus de nuit direction Sucre. On commence a avoir un peu peur car toutes les premieres agences interrogees nous disent qu'il n'y a pas de bus pour le soir meme. On craint que la greve avec le blocage des routes soit arrivee jusque la. Non, en fait c'est juste que leur bus est plein. On finira quand meme par trouver une compagnie avec un depart prevu pour 20h30 en bus semi-cama.

 

On a donc quelques heures devant nous pour partir a la decouverte de cette ville. D'abord la premiere chose qui frappe c'est la chaleur, il doit faire 25 degres, ce qui est bien agreable.

 

Les rues sont animees avec pas mal de voitures personnelles (habituellement il y a surtout des taxis et des combis), certaines meme conduites par de jeunes femmes. Il y a meme des jeunes en scooters avec leur petit copain ou copine assis derriere.

Les habits sont aussi vraiment differents avec tres peu de boliviennes en habit traditionnel et beaucoup plus en jean voire en jupes courtes.

 

MG 6177

 

Cochabamba nous montre vraiment un autre visage de la Bolivie, beaucoup plus moderne.

 

On arrive sur la place centrale, entouree de jolis batiments coloniaux.

 

 MG 6173

 

Les cireurs de chaussures sont toujours presents avec cette fois ci un veritable amenagement ou les clients peuvent s'installer confortablement un journal a la main.

 

MG 6175

 

On continue notre balade au gre des rues avec de beaux edifices.

 

MG 6181

 

On fait un tour sur internet ou on a un message de Yolene, la francaise rencontree a Rurre. Elle est coincee a Sucre depuis maintenant 10 jours a cause des greves. On lui donne rendez vous pour le lendemain.

 

On va diner dans une pizzeria puis il est l'heure de prendre le bus.

 

Le trajet de nuit est assez inconfortable. On a pris les dernieres places du bus, on est donc au fond et nos places ne sont pas a cote, heureusement nos voisins acceptent de changer de place. La route est assez mauvaise et les suspensions du bus quasiment absentes, on passe donc le trajet a tressauter. Mais pour une fois, ca berce Arno qui arrive a dormir.

Repost 0
Published by astridetarnaud - dans Bolivie
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 20:41

06/08/2010 :

 

On se leve tranquillement. Arno profite de la matinee pour graver des DVD de photos souvenirs pour tout le monde. Le petit dej se partage entre du sucre (pain et dulce de leche) et du sale (saltenas) et reunit progressivement tout le monde.

 

C'est maintenant le moment des adieux definitifs avec Alex. Je reste avec elle jusqu'a son depart de la guest pendant que les garcons vont en ville faire leurs derniers achats et rendre le materiel de camping loue.

Ils sont un peu decus car les rues sont desertes et il n'y a que tres peu d'animation pour ce jour de fete nationale. En fait, le jour J il n'y a que des ceremonies officielles, les defiles populaires ont lieu les deux jours precedents.

 

Ils vont prendre leur dernier almuerzo au marche, ca sera le plus degueulasse du sejour.

 

On se retrouve a la guest en debut d'apres midi. Les 3 garcons font leur sieste quotidienne (bande de vieux!), on en profite avec Arno pour aller se renseigner a la gare routiere sur les moyens pour rejoindre Sucre. Il y a toujours la greve a Potosi, ce qui nous oblige a passer par Cochabamba et a faire 18h de route en tout, mais tant pis on n'est pas a ca pres.

 

On va ensuite s'offrir un petit jus de fruits frais fraise-kiwi pour 4B et comme a chaque fois on a  meme le droit de finir le fond du mixeur qui represente un verre en plus chacun. On se regale.

On part au marche acheter l'apero et des pommes de terre typiques du pays (ocas et kamote) a ramener en France, merci Clement, pour essayer de lancer une production locale.

 

On se fait une petite session internet avant de demarrer l'apero avec jambon de Bayonne, dernier reste de nos cadeaux. A 20h, on va diner en taxi a 6 dans le meme, c'est soit 2 devant soit 1 dans le coffre selon le bon vouloir du chauffeur.

On va diner dans un tres bon resto avec une grande preparation dans les plats, ca change.

 

DSC05090

 

On prendra de la soupe a l'oignon avec chorizo et tartine grillee au fromage ou bien emince de poulet a la quinoa et autres legumes puis du porc grille en sauce avec tout un accompagnement de legumes. Arno se laisse meme tenter par un dessert : mousse au citron avec glace au basilic et gateau au chocolat. On arrose bien le tout avec du vin bolivien.

 

DSC05086

 Assiette vegetarienne de Doro

 

DSC05087

 

On rentre ensuite a l'hotel pour finir la soiree tres sagement jusqu'a minuit puis vient l'heure des adieux avec les garcons. Ils viendront nous faire une derniere bise a 4h30 a l'heure de rejoindre l'aeroport.

 

07/08/2010 :

 

On se reveille, nous ne sommes plus que tous les 2, ca fait bizarre. La venue des potes et du frero aura vraiment ete terrible, sites grandioses, apero et delires. Ca nous aura aussi ramener a la realite de la maison, les potes ca manque.

 

Notre matinee est surtout occupee par la mise a jour du blog, vu le retard qu'on a il y a bien du boulot.

 

On part en debut d'apres midi flaner dans les rues et descendre au plus bas dans La Paz, c'est a dire dans le quartier le plus riche.

 

MG 6169

 Plaza Eduardo

 

Changement de decor avec apparition sur la place de gamins sur des velos a roulettes, de jeunes en jeans et meme de grands meres en pantalons. On est dans un autre La Paz, au milieu des immeubles sur une place avec des jardins bien entretenus. On passe a l'agence Terra Andina pour deposer notre lettre et on fait un reperage pour le dernier resto avec Dorothea pour le soir.

 

On rentre a pied en faisant un dernier tour dans le quartier touristique pour y faire quelques achats souvenirs.

On retrouve Doro a l'hotel puis on part au resto Pronto Dalicatessen ou encore une fois on se regale d'une cuisine raffinee et bien presentee : carpaccio de llama, raviolis a l'encre de seiche ou aux crevettes dans une sauce cremeuse aux fruits de mer, mousse aux 2 chocolats, cheesecake a la fraise.

 

P1050355

 

P1050357

 

P1050358

Speciale dedidace pour Doro

Apres quelques difficultes avec l'addition,  on rentre et on fait cette fois ci nos adieux a notre suisse preferee avec qui on aura passe presque 2 mois. Elle repart demain au Perou.

 

08/08/2010 :

 

Pendant que je continue ma grasse mat, Arno fait une session internet skype et blog. Je le rejoins, on a encore du pain sur la planche.

 

La journee se passera tranquillement a la guest entre internet et plat de pates. On sort quand meme prendre l'air pendant 1h pour finaliser nos achats et ramener une echarpe en bebe alpaca a Arno.

 

Une journee bien tranquille qui se finit par un petit diner a l'hotel et un film. Un dimanche presque normal.

 

Repost 0
Published by astridetarnaud - dans Bolivie
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 20:13

02/08/2010 :

 

On arrive  a 9h30 a La Paz, bien fatigues par le voyage. On rejoint notre petit hotel ou nos chambres sont meme disponibles. Apres une bonne douche, un petit dej, une session internet et une sieste, les garcons et Alex partent faire des emplettes souvenirs pendant qu'avec Dorothea nous organisons notre petite viree a la Laguna Glaciale.

 

Nous partons donc en ville ou nous commencons par prendre des jus d'agrumes frais pour seulement 2B. Nous faisons le tour des agences et nous finissons par trouver notre bonheur pour louer tentes, matelas, rechaud et materiel de cuisine. On a decide de partir tous les 3 et de trouver un arriero et une mule directement a Sorata, ou il existe une association de guides.

 

Apres ces trouvailles, Arno rentre a la guest avec une partie du chargement tandis que nous partons toutes les 2 a la recherche d'un supermarche pour faire les courses pour le trek.

 

On se retrouve ensuite tous sur notre terrasse de l'hotel pour prendre l'apero au rhum Abuelo et vin rouge chilien. On part se faire plaisir dans un petit resto argentin avec viande grillee et vin rouge pour tout le monde. La viande est encore un peu trop cuite pour moi, mais c'est un tres bon avant-gout.

 

On rentre a l'hotel ou les garcons continuent la soiree bien tardivement, un peu trop, au gout du patron.

 

 

03/08/2010 :

 

On se leve pour faire nos adieux a Alex et nos au-revoirs aux garcons qui partent au lac Titicaca pour 3 jours. On prepare ensuite nos affaires pour le trek. Arno part a 10h recuperer le reste du materiel, c'est un peu long, il verifie tout avec le mec de l'agence et il y a un probleme avec le rechaud a petrole.

 

On finit par quitter La Paz a midi en prenant un collectivo au cimetiere pour Sorata (15 B). On a de la chance, on prend les dernieres places, par contre on est separes tous les 3. Doro se retrouve a cote du chauffeur, Arno a cote d'un petit vieux bien sympathique qui lui parle entre autre de politique et moi a cote d'une famille de jeunes boliviens avec leurs 2 filles. Le trajet se passe tranquillement a papoter avec nos voisins. J'apprends que le mien est guide a Sorata, il nous renseigne sur les prix des arrieros (100B la journee avec locations de mule). Pendant ce temps, sa femme fredonne toutes les chansons a la radio, plutot inhabituelle pour les boliviennes qui sont generalement assez reservees.

 

Plus le trajet avance et plus nous plongeons dans le brouillard, ca promet pour le trek.

On arrive a 15h30 a Sorata, l'hotel qu'on voulait est plein, on se rabat donc sur l'hotel Mirador au confort tres limite. On part ensuite a l'association des guides pour trouver un arriero. On y est recu par un veritable escroc avec qui le contact ne passe pas du tout. Il ne nous donne que des infos floues, veut absolument qu'on prenne un guide et nous donne des prix hallucinants (2 fois les prix du marche et un taxi a 200B). On sort bien depites de l'agence et surtout bien decides a se trouver un arriero par une autre voie : hotel ou autre. On rencontre d'autres touristes francais  qui nous confirment notre opinion sur le mec de l'association.

 

Par chance, en faisant le tour de la place, on retombe sur mon voisin de bus qui attend une voiture avec sa femme. On lui demande donc s'il connait un arriero pour partir avec nous. Et la, on fait ce qui est deconseille dans tous les guides, on conclut un accord dans la rue mais sans quand meme donner d'argent, ca se fait au feeling qui est tres bon avec cette famille. On espere juste qu'il sera bien la demain matin a l'hotel comme promis.

 

On part faire nos derniers achats de fruits et legumes puis on va diner dans un petit boui-boui avec un menu a 10B.

 

 

04/08/2010 : Sorata - Laguna Chillata, + 1200m, 3h30

 

La nuit a ete un peu courte pour la pauvre Doro qui a ete en conflit toute la nuit avec un touriste un peu trop bruyant. De mon cote, je reveille le patron pour qu'il m'allume le chauffe eau a 7h pour prendre une douche chaude. On prend le petit dej a l'hotel et c'est cool 10 min apres notre heure prevue de rendez vous, notre guide est la. Il nous demande de lui donner la moitie du prix et repart chercher un taxi pour nous amener jusqu'a la maison de l'arriero Guillermo qui est en fait son petit frere, c'est cool. Il nous demande de dire qu'on est passe par une agence de La Paz et non par lui directement pour ne pas lui nuire.

 

Une demi-heure de taxi plus tard (30B), on arrive donc a la maison familiale a 3000m. On fait connaissance avec Guillermo qui a 17 ans et qui a une bonne tete. Il est accompagne de 2 mules. Peu importe ca sera le meme prix. On paye la deuxieme moitie et on est parti pour 3 a 4 heures de marche et 1200 m de denivele.

 

Le temps est toujours aussi couvert mais on entrapercoit quelques eclaircies. On espere. On continue a monter, on va bien reussir a passer au dessus des nuages.

Au detour d'un virage, on decouvre enfin une partie de l'Illampu.

 

MG 6039

 

On le sent, on va encore avoir de la chance avec le temps. On profite de cette petite eclaircie pour faire une pause gouter.

  

MG 6044

Illampu

 

On arrive une heure plus tard a la lagune Chillata a  4204m.

 

P1050346

 

MG 6048

 Reflet de l'Illampu dans la laguna Chillata

 

On se pose pour manger. La lagune et les montagnes autour jouent a cache cache avec les nuages, l'atmosphere change avec le vent.

 

MG 6047

 

On monte ensuite le campement, notre tente de cuisine ressemble vraiment a un chapiteau de cirque. On passe le reste de l'apres midi a bouquiner et a se reposer. On croise un groupe de touristes francais de Terra Andina. On discute avec un de leurs guides qui nous dit qu'il s'appelle Jaime. C'est assez drole car il se trouve qu'on a quelque chose pour lui, un article de journal mais malheureusement il est reste a La Paz avec le reste de nos affaires. On ne pensait pas le croiser ici.

 

Pour la petite histoire quand nous etions a Moorea, en Polynesie on avait sympathise avec la patronne de l'hotel qui etait partie en vacances en Bolivie avec Terra Andina et ce meme guide. Ils avaient gravi trois sommets dont deux a plus de 6000, vacances pas tres reposantes. En rentrant a Moorea, elle avait ecrit un article dans le journal local qu'elle voulait lui faire parvenir. Telle etait donc notre mission, retrouver Jaime et lui donner l'article. On passera donc a l'agence a La Paz.

 

On croise aussi un autre couple de francais qui descend directement de la laguna glacial jusqu'a Sorata. Ca nous donne des idees pour demain si on a la forme, ca nous permettrait de revoir Alex avant son depart et de profiter des mecs un peu plus.

 

On commence a preparer le gouter mais la catastrophe, le rechaud a petrole et plus specialement la pompe ne marche pas. En bidouillant un peu et avec pas mal de patience, on arrive a le faire fonctionner a tres faible debit. On se passera donc du chocolat chaud et on commence a preparer le diner. Doro va meme faire cuire la soupe chez d'autres touristes.

 

Pendant tout ce temps, le soleil commence a decliner et donne une atmosphere assez irreelle avec une mer de nuages englobant toute la vallee.

 

MG 6056

  

On finit par diner avec au menu, soupe, puree et poulet puis on se couche sans avoir trop froid, ca change.

 

 

05/08/2010 : Laguna Chillata - Laguna Glacial - Sorata, +900m, - 2100m, 8h30

 

Apres avoir un peu lutte pour faire chauffer l'eau, on decolle a 8h en laissant les tentes en place, on verra le programme selon notre forme. Un mec de la securite est sur le site pour surveiller nos affaires. On le paie 50B.

Au-dessus de nous, nous attend un grand soleil et en dessous la vallee et sa mer de nuages nous offre un spectacle splendide.

 

MG 6058

 

MG 6068

 

La montee commence doucement pour arriver jusqu'a un petit col. De la, on a une belle vue sur la vallee et on apercoit au loin des glaciers vers lesquels on se dirige. Apres une petite descente, la montee reprend avec passage de ruisseaux geles, un peu casse gueule et surtout de gros pierriers,.un peu chiants.

 

MG 6080

 

Ca grimpe raide, le souffle devient bien court. On se rend compte qu'on est bien fatigue. Le Huayna Potosi et ses 6088 ca sera pour un autre voyage.

 

Pour le moral, on a la chance d'observer au loin le lac Titicaca et toujours la mer de nuages dans la vallee.

 

MG 6139

 Lac Titicaca en arriere plan

 

Encore une fois, on pense arriver a la dite lagune mais ce n'est qu'un gros ruisseau gele au pied de glaciers majestueux. On a presque l'impression que le ruisseau se jette dans le lac Titicaca.

 

MG 6082

 

Une bonne demi-heure plus tard (un peu avant midi), on arrive enfin a la Laguna glaciale, un grand lac blanc gele a 5038m, domine par un enorme glacier qui se jette dedans. 

MG 6086

 

MG 6087

 

Ca valait quand meme le coup. Ca sera donc notre dernier trek a plus de 5000m de notre voyage.

 

MG 6088

  

P1050349

 

P1050354

 

On se pose pour pique niquer sur les rives du lac avec au menu, taboule de quinoa. On fait nos adieux aux glaciers et on entame notre descente jusqu'au campement par le meme chemin.

 

 

MG 6151

 

On y arrive a 14h30. Si on veut redescendre jusqu'a Sorata, il nous reste encore 4h de marche. Sinon, notre guide nous propose de reprendre le meme chemin qu'a l'aller (soit 1h30-2h de marche) et de finir la route en taxi. On choisit cette derniere solution, malgre la fatigue mais ca nous permet de prendre un micro pour La Paz ce soir et de revoir toute la clique.

 

On range rapidement les tentes et on commence notre descente qui devient de plus en plus eprouvante pour les genoux et les jambes. On se sera quand meme tape 900m de denivele positif et 2100 de negatif.

 

MG 6154

 

En arrivant en bas, le taxi est deja la, c'est cool. On le partagera avec 2 locaux, on negocie un rabais (20B). On fait nos adieux a Guillermo qui etait vraiment sympa.

On arrive a Sorata ou un prend le combi de 17h30 qui partira finallement 25 min plus tard.

 

MG 6157

 

La route du retour se fait tranquillement, on repasse au dessus des nuages avec un superbe coucher de soleil.

 

MG 6163

 

On sera bloque plusieurs fois par des defiles dans des petits villages : militaires avec une bouteille en plastique peinte aux couleurs du drapeau sur le bout de leur fusil, enfants avec des lanternes, chars en carton... C'est la fete nationale le lendemain.

 

Arrives a La Paz, on galere un peu pour prendre un taxi, il y en a meme un qui s'enfuit apres avoir ete arrete par Arno alors qu'on allait charger les sacs.

On va a notre petit hotel qui est malheureusement plein. Le proprio tres sympa accepte que Doro squatte la chambre d'Alex en mettant nos matelas de camping par terre. De notre cote, on dort dans la chambre des garcons ou il reste un lit.

 

On prend une bonne douche chaude (merci Doro pour les conseils), un chocolat chaud et on attend les loulous partis manger au resto. Ils ne tardent pas trop, ils sont bien surpris et contents de nous revoir. Malheureusement, on n'est pas de tres bonne compagnie ce soir et on part se coucher creves de notre journee de marche intensive. Les garcons prennent l'apero en toute discretion et se couchent toujours tres silencieux.

Repost 0
Published by astridetarnaud - dans Bolivie
commenter cet article
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 00:19

29/07/2010:

 

C'est le jour du grand depart, on a rendez-vous a l'agence pour prendre le petit dejeuner. On fait connaissance avec l'autre jeep de l'agence qui est encore une fois composee que de francais (70% des touristes en cette saison). Il y a 1 frere et 1 soeur assz sympa et un autre couple dont le mec (tourdumondiste) arrivera a dire que 15 jours c'est court pour decouvrir un pays... y en a qui bosse, mec.

 

On part donc a bord de nos 2 bolides. Un compose des 3 mecs et l'autre avec les filles. Moi, j'alternerai entre les 2 vehicules. On fait connaissance avec notre equipage. Un chauffeur et un cuisinier dans chaque. Ronald qui est le chauffeur-guide des mecs s'averera le plus sympa et le plus interessant.

 

On fait aussi connaissance avec les voitures et surtout le poste radio. Attentiones, ils ont amene de la musique des annees 80. Sympa au debut mais un  peu fatigant ensuite. On a l'impression de se retrouver pendant les soirees a la fac. Heureusement, il y a aussi un port USB et une prise pour i-phone. On pourra ecouter notre musique pendant ce long road-trip.

 

On commence a monter tranquillement au milieu des paysages que l'on connait bien depuis la veille mais qui restent assez terribles. On est toujours au milieu de ces pierres rouges aux formations dechiquetees.

 

On arrive au site qui se nomme ''El Sillar'' ou l'on fait notre premiere pause.

 

MG 5262

 

 

MG 5263

 

On admire la vue et les champs de cactus. Ces petits arbustes poussent de 1 a 3 cm par an et sont constitues de bois a l'interieur de leurs branches. Ce bois est d'ailleurs utilise pour la confection de meubles.

 

P1050256

 

On continue notre route a la decouverte de nouveaux paysages. Tout au long de ces 4 jours, on hallucinera sur les changements de couleurs.

 

MG 5283

 

On fait vers midi notre premiere pause pique-nique. Pendant ce periple, on n'arretera pas de bouffer. Toutes les 2 heures, quelque chose nous sera propose, sucettes, gateaux, bonbons, coca... Les repas seront tous excellents.

 

P1050260

 

On reprend notre route avec encore des points de vue sur des vallees nous faisant penser forcement au grand Ouest americain.

 

MG 5286

 

A la plus grande joie de Coust, on arrive a Aguanapampa, un grand champ rempli de lamas qui sont coiffes de magnifiques pompons. On est cette fois-ci dans un environnement plus desertique avec des herbes folles et des collines rougeatres.

 

MG 5292

 

Apres quelques dizaines de kilometres aux rythmes de Brassens, Batlik et autres, on arrive au col du Diable. Son nom est du au vent qui regne en ces terres ou rien ne pousse. Les herbes sur la terre rouge prennent le sens du vent. Le decor est encore une fois impressionnant.

 

MG 5305

 

Un peu plus loin sur la route, on se trouve cette fois-ci nez a nez avec une terre mauve et aux mousses vertes. On se croirait en plongee sous-marine. Ces mousses ont des petites fleurs qui ont une odeur de camphre.

 

MG 5319

 

On fait notre pause gouter au village de San Pablo de Lipez, un des derniers grands bleds que l'on croisera.

 

MG 5321

 

Durant la fin de la journee, Alex verra enfin son autruche. Par contre dans cette montagne, il y aurait des pumas que l'on ne verra bien sur pas.

 

MG 5331

 

On arrive a notre campement du soir a Kollpani (4250m).  On prend nos quartiers dans une chambre de 6. Je suis assez surpris, je m'attendais a plus de precarite, il y a meme une salle commune pour la soiree. Je pense que l'on ne va pas avoir froid.

 

Au lieu de repondre a l'invitation des cuisiniers et d'aller prendre le the, on enfile nos tenues de sport contre le froid, on prend les boules et on va prendre l'apero. On fait donc une partie a 4250m en testant le pisco (bolivien avec du sprite). Le tout est tres concluant.  

 

MG 7283

 

MG 7291

 

MG 7293

 

Apres une bonne heure,on rentre se rechauffer prendre le gouter et enchainer avec le repas. On se regale d'une bonne soupe suivi d'une sorte d'axoa bolivien le tout accompagne de vin rouge.

 

La suite de la soiree est bien sympa, un des chauffeurs chez qui l'on est, prend sa guitare et improvise un petit concert. Lorsque ses freres prennent d'autres instruments (percu, flute...) ca tourne plus a la cacophonie qu'au boeuf.

 

MG 7301

 

MG 7309

 

On continue ensuite la soiree en prenant des bieres. On finit dans la cuisine pour eviter de faire trop de bruits pour les proprietaires qui dorment dans la piece commune.

 

MG 7312

 

La soiree s'acheve en collant puis on retrouve le lit pour une courte nuit.

 

 

30/07/2010: Vent glacial

On se leve assez tot a 5h30 pour aller voir le lever de soleil. C'est un peu dur. Malgre le chauffage dans la voiture, j'aurai super froid pendant toute la matinee.

 

DSCN1945

 

Malgre tout dehors les premieres lumieres chaudes de la journee arrivent. En plus en cadeau, on a meme droit a 2-3 nuages qui mettent un peu de relief dans le ciel.

 

MG 5347

 

Notre premiere lagune de la journee est la lagune amarilla (jaune). Avec le rechauffement climatique, il y a de moins en moins d'eau. Par contre, il y a de plus en plus de vent. Il devient difficile de prendre des photos, d'aller faire une pause pipi ou simplement de sortir de la voiture sans prendre une rafale de sable. On survit quand meme en profitant de ce superbe endroit.

 

MG 5352

 

Un peu plus loin, on croisera au loin le volcan Uturuncu (6008m) et sa laguna celeste. On ne fera pas le detour car il fallait prevoir un jour de plus de jeep.

 

MG 5369

 

Ce spectacle desertique au milieu des herbes folles avec ses hauts sommets et ses ciels tout fous sont hallucinants et on ne s'en lasse pas. Le bleu du ciel est assez unique presque pas naturel tellement il est pur. 

 

MG 5381

 

Il est 10h00 est bien evidemment c'est la pause gouter. Il fait encore bien froid tous les cours d'eau sont encore geles.

 

MG 5383

 

On arrive a la lagune Hedionda qui de loin ressemble a un mirage. Ces herbes folles, avec la terre rouge, des etendues blanches, le vent qui souleve les poussieres et les montagnes en fond en font un tableau magique.

 

MG 5391

 

On se pose pour admirer de plus pres toutes ces formations minerales.

 

MG 5411

 

MG 5415

 

Quelques minutes plus tard, on est de nouveau nez a nez avec une nouvelle lagune, la lagune Kollpa. celle-ci est composee de mineraux qui servent a la production de savon et shampoing.

 

MG 5426

 

MG 5437

 

On treverse ensuite le salar de Chalviri qui n'est pas compose uniquement de sel mais aussi d'autres mineraux qui servent notamment a la fabrication de plexiglass.

On arrive au poste controle ou l'on s'acquitte du droit d'entree dans le parc du Sud Lipez.

Un peu plus loin, on arrive dans un nouveau site surnaturel. On est vraiment tout fou a chaque arret, heureusement que l'ere de l'argentique est revolu.

Par contre, il fait beacoup trop froid surtout a cause du vent pour que l'on profite des bains d'eau chaude.

 

MG 5466

 

Apres le repas pris a l'abri, on fait route vers la laguna verde a 4350m. La voiture des mecs prend un couple d'espagnol qui traversent le salar en velo. Decourages par le vent, ils se font prendre en stop. Ils sont quand meme un peu bizarre, la femme veut se faire faire un masque de platre pour vivre une ''nouvelle experience'' pendant 6 semaines en vivant dans la peau d'un aveugle. Il y a vraiment des gens particuliers.

On arrive a la laguna verde et au pied du volcan Licancabur (5950m). Le cratere de ce sommet renferme egalement une lagune. de l'autre cote du volcan se trouve le Chili.

Encore une fois, le vent est bien violent. On lutte contre le froid. La couleur de cette lagune est normalement plus verte lorsque que le mistral local est plus faible.

 

MG 5479

 

La couleur de ce lac est due a l'importante concentration de carbonates de plomb, de soufre, d'arsenic et de calcium.

Apres avoir malgre tout reussi a faire la photo de playmobil, on fait une belle photo de potes...

 

MG 5506

 

... et de famille. Le vent vient de la droite, ce n'est pas du gel.

 

MG 5513

 

Sur le chemin du retour, on croise encore des montagnes aux couleurs multiples. Un regal pour les yeux.

 

MG 5518

 

On arrive ensuite aux pierres de Dali car le lieu ressemblerait a une peinture du celebre peintre. Dommage pour lui, car c'est stupefiant de beaute. 

 

MG 5525

 

On retourne a la lagune des eaux chaudes, ou je ne me lasse pas de refaire des prises.

 

MG 5533

 

On se met maintenant en route pour rejoindre les pieds de la laguna colorada ou l'on passera la nuit. En chemin, on s'arrete aux geysers de la mañana. Nous voyons plus des fumerolles que des geysers. ca ne sera pas le plus beau du circuit. On passera a 5000m en jeep, beaucoup moins fatigant qu'en trek.

 

MG 5541

 

On arrive a notre campement du soir a 4300m. Ce site est beaucoup moins familial et intime que la veille. On a rejoint le tour du Salar. Le gros avantage, c'est que l'on tourne en sens inverse des autres 4*4, on les croise sur la route mais jamais sur les sites.

On prend place dans nos appartements dans une chambre de 8. Une petite partie de boules puis repas gentiment arrose de vin avec degustation d'excellentes patates (Oca et kamote).

Ce soir, on va au lit tot car la soiree de la veille nous a bien fatigues.

 

31/07/2010:

Lever super agreable, merci les potes.

Dehors par contre, les premieres lueurs du jours sont geniales. Au retour, il faudra vraiment que je me leve plus tot pour faire des photos ou que je ne me couche pas.

 

MG 5548

 

Cinq minutes de voiture plus tard, on se retrouve au pied de la laguna colorada. C'est cool car il fait vraiment moins froid que la veille avec beaucoup moins de vent.

On se rapproche de la berge de la lagune tels des chasseurs pour etre au plus pres des flamants.

 

MG 5554

 

Ces oiseaux sont vraiment jolis, les filles en sont des plus heureuses surtout qu'on leur dit qu'elles pourront en voir encore plus quelques lagunes plus loin.

 

MG 5562

 

Le lieu est encore une fois magique, certes la lagune n'est pas tres rouge mais le cadre est enchanteur. Les meilleurs heures pour admirer la couleur de l'eau est un peu plus tard entre 10 et 12h. On n'attendra pas jusque-la, d'autres merveilles nous attendent.

 

MG 5563

 

Sa couleur est due a la presence de planctons et d'algues.

 

MG 5574

 

En se retournant, on admire un autre bras de la lagune, au sol du borax, du gypse, la lagune (un peu rouge), la montagne et le ciel d'un bleu eclatant. Unique.

 

MG 5589

 

On part maintenant vers la suite en traversant un grand desert au paysage toujours surnaturel. Des fois, j'ai l'impression de voir des peintures a la bombe dans les endroits touristiques. Des couleurs irreelles avec toujours une pleine lune.

 

MG 5605

 

Un peu plus loin dans le desert de Siloli, on arrive au fameux site de l'arbre de pierre. Cette structure a ete magnifiquement sculptee par le vent.

 

MG 5609

 

Autour de cette formation se trouve d'autres sculptures qui sont poses au milieu du desert sans rien autour. Folle la nature.

 

MG 5622

 

MG 5629

 

Quelques kilometres plus loin aux frontieres de ce desert s'elevent des montagnes dont celle aux 7 couleurs. Moi, j'en ai vu beaucoup plus.   

 

MG 5637

 

A la sortie de ce desert, on passe par le cañon de l'inca ou l'on croise de nombreuses vigognes qui s'abreuvent dans le fond de celui-ci. Tout au long du circuit, on aura vu un nombre impressionnant de ces animaux sauvages. Ces animaux de la famille des camelides andins (lamas, alpacas, guanacos) ne supportent pas la captivite. Leur laine qui est la plus chere au monde a failli bien evidemment les faire disparaitre. ils sont maintenant une espece protegee et leur espece n'est plus menacee. Une ou deux fois par an, il est organise une capture ou on recupere de la laine puis on les relache. On peut ensuite en faire de magnifiques manteaux pour nos stars.

 

MG 5657

 

Quelques metres plus loin, on admire une autre espece tres particuliere le viscach ou ''lecupin'' selon d'autres specialistes. Comme son nom l'indique, c'est un croisement entre l'ecureuil (de dos) et un lapin (de face). On le rencontre tres frequement sur l'altiplano, notamment dans les endroits rocailleux.

 

MG 5672

 

Apres cette pause decouverte des animaux locaux, on retrouve avec plaisir un ensemble de lagunes. Il en existe 5 les unes a la suite des autres dont les couleurs varient sur toute la gamme du bleu.

On s'arrete a la lagune Honda pour de nouvelles photos. On ne se lasse meme pas.

 

MG 5676

 

On est heureux de partager tous ces moments tous ensemble.    

 

Bolivie-2 2423

 

C'est l'heure de la pause repas a la lagune Hodionda qui a l'air tres dangereuse.

 

MG 5696

 

On ne voit pas le danger sauf ces mouettes qui sont a 2 metres de moi. Que me veulent-elles? Peut etre me chier dessus? En tout cas, j'evite leur missiles blanchatres.    

 

MG 5704

 

Cette lagune est encore une fois grandiose. Le spectacle de depots blanchatres, le lac avec les flamants roses et les montagnes derriere est superbe.

 

MG 5711

 

Les flamants offrent un spectacle digne de Surya Bonaly en rose sur le lac a moitie gele. Les atterissages sont par endroits un peu glissants et le vent les fait glisser en arriere.

 

MG 5723

 

Le rose de l'oiseau qui se detache sur l'eau scintillante et le sol blanc, un regal pour les photos.  

 

MG 5728

 

Apres le dejeuner, on croise notre derniere lagune Cuñapa.    

 

MG 5755

 

On fait route vers un nouvele objectif le volcan Ollague. Avec notre jeep, on doit faire du 50-80km/h selon les endroits. On se rend compte des defis techniques et de pilotages que representent les rallyes raids sur des pistes defoncees.

 

MG 5756

 

On arrive a quelques kilometres du volcan, le paysage est encore une fois different. Ce volcan est encore en activite, on ne voit que quelques fumeroles sortir d'un de ces crateres.  

 

MG 5758

 

Bolivie-2 2485

 

La derniere attraction de la journee est le petit salar de Chiguana qui est un desert de borax. C'est une petite mise en bouche avant demain.  

 

MG 5767

 

MG 5781

 

En tout cas, on ne sait pas comment va etre le salar mais ce que l'on a vu depuis le debut a ete magique.  

 

MG 5771

 

On s'arrete au milieu du desert car une jeep qui vient d'Atacama (Chili) est en panne. Les differentes voitures se repartissent les pasagers et la jeep est tractee par une autre. Assez sympa la solidarite qui existe.

On recolte un anglais de Newcastle, il ne nous dit pas que du bien de Tigana... on verra bien. 

 

DSCN2054

 

On croise une voie de chemin de fer qui part vers l'infini. Vous avez dit, point de fuite.    

 

MG 5786

 

On s'arrete en chemin au petit village de San Juan ou l'on pose les touristes en galere. On profite du temps de la pause pour faire une partie en doublette les freros contre Sous et Coust.    

 

MG 5796

 

             P1050279                              P1050283

 

On peut admirer par ces arrets sur image ''merci au realisateur Astro'' les styles et la concentration de chacun. On note egalement la place de l'apero, personne ne me volera la bouteille.  

 

             P1050281                              P1050282

 

Une petite heure apres, on arrive aux portes du salar, ou l'on se pose dans un hotel de sel. Il est tres classe, tout est en sel, les murs, les sommiers, le sol. Les filles sont aux anges, elles peuvent meme prendre une douche chaude (10B).    

 

MG 5802

 

De notre cote, on part finir notre partie de petanque en commencant l'apero au desormais tres connu et apprecie Rhum Abuelo.

 

MG 7907   

 

Ce soir, c'est fete. On fete l'anniversaire de Dorothea de demain, il nous fallait bien une excuse pour prendre un nouvel apero. On teste aussi la biere de quinoa, moyen.

 

P1050285

 

Au menu, les cuistos nous ont concocte des lasagnes avec une bouteille de rouge en cadeau. une attention qui nous touche.

C'est l'heure des petites attentions, un peu de chocolat et bien sur du dulce de leche.   

 

P1050288

 

On finira la soiree comme d'habitude entre mecs jusqu'a bien tard dans la nuit.

 

MG 7977

 

On retrouve nos bonnes habitudes, fous rires et bonne discussion. qu'est ce que c'est bon les soirees entre potes.

 

MG 7988

 

 

01/08/2010:

On se leve aux aurores a 5h30 pour etre dans le salar pour le lever de soleil. La nuit a vraiment ete courte mas on est super motives.

 

MG 5817

 

Les premieres lueurs du jour nous devoilent un spectacle incroyable. Un desert blanc immacule qui s'etend a perte de vue.

 

MG 5821

 

Encore une fois, il fait bien froid mais le cadre est tellement grandiose.    

 

DSC04977

 

MG 5876

 

On finit vraiment en beaute, tel un digestif a la fin d'un bon repas.

 

MG 5877

 

On fait nos premiers essais de montage, on continuera a s'eclater un peu plus tard.

 

P1050299

 

MG 5899

 

Le salar est une etendue de 12 106 km2 a une altitude de 3653m. Sa profondeur est de 150m avec une alternance de couches sel/eau. Les formations septagonales a sa surface sont secondaires a l'evaporation de l'eau.

 

Bolivie-2 2570

 

On reprend ensuite la jeep pour rejoindre l'ile de Incahuasi.

 

Bolivie-2 2578

 

On arrive sur cette ile plantee au milieu du salar. Comme jusqu'a present, nous sommes presque les seuls, il n'y a que 3 ou 4 jeeps. celles de Uyuni n'arriveront qu'en debut d'apres-midi.

 

MG 5912

 

MG 5939

 

Sur cette ile, il y a des milliers de cactus (trichoreceus) qui font entre 5 et 10m.

 

MG 5940

 

Au sommet de l'ile, on a rate d'une heure une celebration en l'honneur de la Pachamama. Il ne reste que des morceaux de foie, des flaques d'alcool et de sang de lama.

 

MG 5968

 

De notre cote, on fetera de nouveau l'anniversaire de Dorothea. Les cuisiniers ont eu la gentillesse de faire un gateau et d'y ajouter une bougies. Attention delicate.

 

MG 5973

 

Apres le petit dejeuner, on repart au beau milieu du salar pour faire les seances photos.

 

MG 8179

 

On a chacun pleins d'idee. Notre guide Ronald nous donne de precieux conseils pour la realisation et se revele surtout grand specialiste de la photo.

Les resultats sont vraiment marrants.

 

MG 8183

 

MG 8188

 

MG 8201

 

MG 8207

 

On s'amuse comme des petits fous, On n'oublie surtout pas de mettre en scene nos jouets favoris.

 

P1050313

 

P1050316

 

P1050321

 

P1050324

 

P1050327

 

P1050332

 

Au milieu des seances photos, on n'oublie quand meme pas de faire une petite partie. La derniere du sejour.

 

MG 8216

 

MG 8239

 

MG 8242

 

Le guide bien sympa nous propose de pique niquer sur place. Bien mieux que d'aller visiter des usines et un musee.     

 

MG 8246

 

Au loin les iles ont vraiment l'air de flotter. assz bizarre comme vision.

 

MG 5987

 

MG 6019

 

MG 8272

 

Une photo de famille pour fixer ces moments de partage magiques.

 

P1050339

 

Une photo avec toute l'equipe qui aura vraiment ete geniale. Toujours attentive.

 

MG 8282

 

MG 8288

 

On quitte maintenant cette etendue, terme de ce road trip unique dans sa variete de paysage et ses couleurs. C'est comme le Taj, on en entend parle 1000 fois, mais quand on y est, on est vraiment pas decu.

 

P1050341

 

En chemin on s'arrete a Colchani pour voir quelques vestiges.

 

MG 6031

 

Un arret souvenir pour un cendrier en sel.    

 

MG 6034    

 

Ca y est c'est l'heure des adieux avec l'equipe qui rentre a Uyuni. Merci a tous et a Grano del Oro.

Au moment de vouloir prendre les billets pour aller a Sucre, les rumeurs que l'on avait entendu dans la journee se confirment : il y a une greve a Potosi qui paralyse la region . Impossible de rejoindre Sucre. D'autres rumeurs disent qu'a partir de minuit la ville d'Uyuni est aussi bloquee.

On se depeche donc de prendre des billets pour quitter la ville et rejoindre La Paz. On change donc de programme. On a toute l'apres midi pour en discuter en prenant des verres en terrasse. Les garcons et Alex iront visiter le lac Titicaca pendant que l'on ira marcher 3 jours dans la Cordillera real avec Dorothea.

C'est un peu dommage pour Sucre mais le lac est assez grandiose. La seule chose que l'on regrette tous, c'est que nos routes vont se separer un peu plus tot que prevu.

On passera donc l'apres midi au soleil en terrasse mais il fera quand meme froid avec le vent. En plus, il n'y a plus d'electricite dans la ville donc pas de session internet.

Apres une pizza mangee aux bougies, on part prendre le bus qui decolle a 8 heures. On quitte donc cette ville qui n'a vraiment aucun charme qui est tres touristique et donc tres chere.

Le trajet en bus est cahoteux dans ce bus semi-cama pas des plus confort. Il n'y a pas de chauffage ou que par intermittence. La piste est defoncee jusqu'au milieu de la nuit. On fait plusieurs arrets, dont un prolonge a minuit. On craint d'etre bloque sur la route mais non, le chauffeur va juste aider d'autres bus en panne.

Au reveil au petit matin, les vitres sont gelees a l'interieur. Du jamais vu, il faisait vraiment froid.

Repost 0
Published by astridetarnaud - dans Bolivie
commenter cet article
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 00:18

 

27/07/2010:

 

On attrape le bus a 7h30, en direction de Tupiza. C'est cool, le bus est bien la car lors de la reservation on avait bien bataille pour trouver une compagnie pour nous y emmener.En plus, autre bonne surprise Dorothea a change d'avis et ne va pas a Sucre mais a Tupiza comme nous.

 

Les paysages changent bien avec de grandes etendues desertiques, parsemees de cactus avec en fond des collines.

 

Les roches changent elles ausi de couleurs en prenant des teintes rouges.

 

Bolivie-2 4976

 

Bolivie-2 4981

 

On arrive finalement a Tupiza vers 14h30. Sylvia, la nana de l'agence "Grano del Oro" qui a aussi un hotel vient nous chercher a la gare routiere. Elle n'a plus de place dans son hotel, elle nous amene donc dans un autre, avec au miracle des douches vraiment chaudes, les garcons n'auront pas d'excuse pour se laver !

 

On va se rassasier dans une pizzeria, c'est fou il n'y a que ca ici puis on entame notre tour des agences pour le sud-lipez et le salar de Uyuni. On a choisi de partir de Tupiza car c'est une ville beaucoup moins touristique qu'Uyuni, le tour est plus long d'un jour et a priori les agences de voyage ont l'air plus fiables. L'autre contre partie c'est que c'est plus cher mais si c'est pour ne pas tomber en panne toutes les heures en plein desert, ca vaut le coup !

 

Apres en avoir fait 3, notre choix se porte sur l'agence de Sylvia "el Grano De Oro", petite agence familiale bien sympathique. On voulait prendre un 4x4 pour nous 6 mais toutes les agences nous le deconseillent. Les 3 derniers seront tres mal installes et on fait de nombreuses heures de route par jour. On decide donc de se payer le luxe de 2 4x4 et du coup Dorothea peut venir avec nous. Ca nous revient a 1350B chacun tout compris sauf l'entree dans le parc.

 

On en profite pour reserver aussi un tour pour le lendemain appele triathlon avec cheval, rando et velo, ca promet !

 

Il est deja tard, les garcons vont faire une session petanque et oui Clement et Julien avaient ca comme surprise dans leurs valises ! On en profite avec Alex pour se doucher et faire une session internet et achat de cartes postales.

 

On se retrouve pour diner dans une pizeria puis au lit.

 

 

28/07/2010:

 

On se retouve tous a 9h a l'agence pour demarrer notre fameuse journee sport.

 

Au programme, on commence donc par une balade a cheval de 3h dans la Quebrada de Palmira. On se rend en minibus local jusqu'au ranch pour recuperer nos montures et nos chapeaux. On pensait que ce serait des bombes, logique non mais on a la surprise de se retrouver deguises en cow-boys...

 

Bolivie-2 1683

Dans le minibus

 

P1050229

La bande de cow-boys 

 

A chacun son look, a chacun son style, nous vous laissons juges...

 

          Bolivie-2 4982                          Bolivie-2 4984

 

          Bolivie-2 5106                          Bolivie-2 5108

 

 DSC04490Bolivie-2 5098

 

P1050230

 

La balade commence donc avec Alex en tete, sa jument refuse de se faire depasser par un autre et part au trot si on ose le faire, entrainant avec elle tous les autres.

 

Bolivie-2 4999

 

Les paysages qui nous entourent sont vraiment differents de ce qu'on a l'habitude de voir. De grandes roches rouges avec des cactus eparpilles, de grandes etendues de terre voire de sable, des gorges etroites , on se croirait en plein far-west, il ne nous manque qu'une diligence a attaquer.

 

Bolivie-2 5011

 

Bolivie-2 5007

 

On passe pres de la Puerta del Diablo puis dans la Valle de los Machos. Nos chevaux sont assez dociles et placides ce qui nous convient tout a fait vu notre niveau de cheval. Dorothea juste part faire un petit tour en galop accompagnee d'un de nos guides, c'est bien car elle ne donne pas de mauvaise idee a nos chevaux, ce qui n'en aurait pas fait rire certains, moi compris.

 

Bolivie-2 5014

 

Au bout d'une heure et demie, on arrive au Cañon del Inca ou on descend de cheval pour reposer nos posterieurs et faire un peu de marche.

 

Bolivie-2 5040

Les hommes qui tiraient plus vite que leur ombre

 

DSC04537

Toute la troupe a cheval

 

On reenfourche nos montures pour rentrer tranquillement au bercail avec toujours Alex en tete.

 

Bolivie-2 5071

 

Bolivie-2 5081

 

Ca y est les 3h de balade sont finies et c'etait bien sympa, les paysages sont splendides et c'etait vraiment cool de decouvrir ca a dos de cheval. Les frerots ont bien aime cette premiere experience a cheval et se sont sentis plutot a l'aise.

 

On laisse, avec regret pour certains nos montures et on rejoint notre jeep et notre guide pour la journee. On se dirige vers notre lieu de pique nique en bordure de ruisseau.

 

Bolivie-2 5113

 

Le site est assez grandiose avec de gros blocs de roche rouge juste en face de nous. Au menu : tamales et sandwichs au boeuf avec plein de friandises, ca promet pour le tour dans le sud-lipez.

 

Bolivie-2 5119

Lieu de pique nique

 

On reprend la route direction la Quebrada Seca avec une marche dans le cañon del Duende.

 

Bolivie-2 5159

 

On y croise de grandes formations stalagmites toujours rouges et semblant surgir de nulle part. Il s'agit de restes d'une ancienne eruption volcanique. C'est assez impressionnant.

 

MG 5171

 

La marche se poursuit dans le cañon, le guide nous avait predit 40 min de marche, on mettra a peu pres le double, captives par ces roches.

 

MG 5178

 

On repart de ce lieu, direction le Mirador pour observer une vue sur la vallee puis on rentre vite a l'agence pour recuperer nos nouvelles montures : de beaux VTT. Le chauffeur les charge tous les 7 sur le toit et en route pour le nord de Tupiza et la route vers Uyuni.

 

MG 5226

 

On nous avait promis seulement de la descente, il y aura en fait 2 petites montees mais que l'on oubliera vite. Le paysage est encore une fois subjugant avec une alternance de roches rouges et blanches, parsemees de cactus.

 

MG 5209

 

MG 5225

 

Voila le tour de Tupiza en direct !

 

DSC04631 DSC04632

 

DSC04633  DSC04634

 

On finit par rejoindre le lit de la riviere que l'on suivra jusqu'a notre retour a Tupiza.

On revient enchantes de notre journee bien remplie, fatigues et avec une petite douleur au posterieur.

Les garcons vont faire leur partie de petanque habituelle puis au resto et au lit .

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by astridetarnaud - dans Bolivie
commenter cet article
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 23:06

25/07/2010 :

 

On arrive a 5h20 du mat au lieu de 6h malgre le retard au depart, notre chauffeur a bien speede sur la route. Heureusement qu'on aviat reserve un hotel car en arrivant dans les rues desertes, tous les hotels affichent complet. On a de la chance, car en plus, nos chambres sont libres. On dort dans un ancien couvent renove mais avec des chambres ou il fait bien froid. On a droit a 5 couvertures chacun.

 

On se couche avec Arno pour recuperer un peu de sommeil pendant que les 4 autres partent se balader en ville.

On se retrouve un peu plus tard et on part a la decouverte de cette belle ville coloniale.

Alex s'improvise encore une fois guide et nous emmene a la decouverte des differentes places, eglises et maisons de Potosi. C'est tres agreable de se laisser porter.

 

On commence par la place centrale, la place du X novembre avec sa cathedrale, encore une fois fermee.

 

Bolivie-2 4849

 

Arno est assez fan des panneaux d'ecole, il les photographie dans chaque pays ou ils sont tous differents.Celui ci est assez enorme. Le petit garcon court-il pour aller a l'ecole ou apres cette jeune fille.

 

Bolivie-2 4868

 

Les bus scolaires viennent de Chine, bonjour le trajet !On reconnait bien l'empreinte maoiste avec la casquette.

 

Bolivie-2 4853

 

On va visiter le marche a la recherche de salteñas mais il n'y en a pas. On arrivera a en denicher un peu plus loin sur une petite place, delicieux. Il parait que ce sont les meilleurs de Bolivie, un peu plus epices qu'ailleurs, en tout cas on s'en met toujours partout avec la sauce qui degouline.

Apres cette pause gastronomique, nous repartons dans le dedale des ruelles en levant notre nez pour admirer les differentes facades.

 

Beaucoup de rues sont tortueuses, soi-disant pour couper le vent violent.

 

Bolivie-2 4857

 

Bolivie-2 4865

Enseigne de la biere de la Paz.

 

On part se renseigner pour aller visiter les mines demain puis on se rend au couvent Santa Teresa, couvent de carmelites fondee en 1685. La visite guidee en espagnol nous explique tout le deroulement de la vie des religieuses a l'epoque qui etait bien severe. Une fois entree au couvent a l'age de 15 ans, plus de sortie ni de visite de ses parents. Le parloir est fait de telle facon que la religieuse ne pouvait pas voir ses parents seulement les entendre.

 

Bolivie-2 4880

Cloitre du couvent

 

Autre detail un peu glauque, on rentre dans une belle salle au parquet verni avec des trappes : ce sont les tombes des religieuses pour qu'elle ne quitte pas le couvent meme mortes. Une fois que le corps est putrifie, les ossements etaient mis dans une trappe commune plus grande, sympa !

 

Dans la salle a manger, les religieuses mangeaient en silence et face a un crane pour ne pas oublier qu' "on mange pour vivre et non qu'on vit pour manger".

 

On apprend aussi que les religieuses s'autoflagellaient mais toujours de maniere volontaire, drole d'epoque.

 

Elles avaient le droit a seulement 1h de parole par jour (30 min apres le petit dej et 30 min apres le diner).

 

Bolivie-2 4888

 

La visite s'eternise avec la partie musee d'art religieux, on y met donc fin devant une vitrine un peu "sapin de noel" avec une creche, des lumieres partout et d'etranges figurines dont des playmobils...

 

On prend ensuite un taxi pour se rendre a une tour panoramique avec une vue a 360 degres sur la ville. Le seul hic, l'ascenseur est en panne et la montee est un peu rude a 4000m d'altitude surtout quand on a le vertige...

On avait vu dans notre guide qu'il y avait un resto en haut mais arrives au sommet, on ne voit que des cadavres de bouteille. En cherchant un peu, on arrive a en trouver l'entree, il suffisait de lever la tete...

 

Bolivie-2 1598

 

Une bonne biere est bien meritee. On reste en haut jusqu'au coucher du soleil, c'est tres sympa.

 

Bolivie-2 4893

 

Bolivie-2 4898

 

En redescendant, petite pause photo pour admirer les lumieres de la ville avec la pleine lune.

 

Bolivie-2 4901

 

Une surprise nous attendait a Potosi, notre copine suisse Dorothea est la elle aussi. On se retrouve donc pour diner au resto avec degustation de viande de lama et de vin bolivien.

 

P1050173

 

 

26/07/2010 :

 

Ce matin, c'est donc au programme pour nous 5, la visite des mines. Arno prefere rester a l'hotel et se balader dans les rues. Il n'a pas tres envie d'aller voir la misere humaine et de donner de l'argent aux agences sur le dos des mineurs. Il trouve ca un peu voyeuriste.  Apres reflexion, nous avons quand meme decide d'y aller car une petite partie de l'argent revient aux mineurs (15%) et on veut se rendre compte de la condition des mineurs.

 

On commence par la visite du marche des mineurs ou ils peuvent acheter de la dynamite, la Dynabol et surtout leurs feuilles de coca qu'ils machent a longueur de journee. Ils travaillent de 10h a 17h, avec une pause le midi ou ils ne mangent pas et machent seulement de la coca et du lundi au samedi.

 

P1050220

Le Cerro Rico, emplacement des mines

 

On va ensuite revetir notre beau costume pour descendre dans les mines : casque avec lampe, combinaison et bottes qui seront bien utiles car le sol est bien boueux, avec de l'eau par endroit.

 

P1050176

 

P1050179

 

DSCN1815

 

On arrive a l'exterieur d'une des mines avec de vieux chariots pour transporter les metaux. Le Cerro Rico compte 500 mines dont 150 encore actives. Ces mines produisaient beaucoup d'argent a l'epoque espagnole mais maintenant les filons sont epuises et les mineurs n'arrivent a extraire que du zinc, du plomb, du fer et un tout petit peu d'argent.

 

P1050186

 

7 000 mineurs travaillent encore dans les mines, normalement a partir de l'age de 18 ans jusqu'a 45 ans mais bien souvent a partir de 15 ans. Pour rentrer dans la cooperative, le mineur doit payer 700 $. Il gagne ensuite en moyenne 100 $/semaine avec 12 % qui part en cotisation pour sa retraite. Si le mineur tombe malade et est hospitalise, c'est la cooperative qui paye les frais. Si le mineur a un probleme pulmonaire precoce, il peut avoir droit a une retraite anticipee.

 

 

Ca y est on rentre dans la mine. On marche dans les etroits conduits, courbes en deux, a la lumiere de nos frontales, les pieds dans l'eau et le casque touchant des fils electriques, rassurant comme dirait Alex.

 

P1050189

entree de la mine

 

Les murs de la mine sont remplis de sulfate de plomb ou de zinc.

 

P1050195

 

Le sourire est present sur nos levres mais seulement parce qu'on sait que dans 2h on est au grand jour et a l'air libre.

Les conditions de travail des mineurs sont vraiment tres dures : il fait au fond des conduits pas moins de 30 degres et l'air est tres humide,c'est assez etouffant. Ils ne sortent pas de la journne et ne voit donc quasiment pas la lumiere du jour.

 

P1050197

 

On croise finallement tres peu de mineurs car la reprise du travail le lundi se fait progressivement. Notre guide offre a ceux qu'on voit des boissons gazeuses et de la coca que nous avons achetees avant de venir au marche.

 

P1050198

Mineurs en pause avec notre guide

 

On fait ensuite connaissance apres de multiples detours et escalades avec la divinite Tio des mineurs, presente dans chaque galerie. C'est le mari de la Pachamama, la deesse de la Terre.

Les mineurs ont tout un rituel quand ils vont le voir. Ils lui deposent de la coca en offrande sur la tete et sur les mains puis lui mettent de l'alcool buvable (mais a 96 degres) sur les bras pour avoir de la force, sur le torse pour avoir de bons poumons, sur les jambes pour avoir de la vigueur et de l'endurance et sur le sexe pour la fertilite de sa femme, la Pachamama, donc pour avoir de nouveaus filons de minerais. Ils finissent par en jeter un peu sur le sol pour la Pachamama et par en boire un peu.

 

P1050212

 

DSCN1823

 

Apres 3h de visite, nous sortons enfin de ce reseau souterrain de galeries, bien contents de respirer au grand air. la visite de cette mine etait tres interessante, surtout avec notre guide  mais aussi bien triste. C'est un peu dur de voir les conditions dans lesquelles les minuers travaillent. Cette visite ne faisait pas du tout voyeurisme car nous avons croise tres peu de mineurs (7 ou 8) et seulement 3 qui etaient au travail.

 

Pendant ce temps, Arno se balade dans les rues de Potosi, aux edifices coloniaux bien conserves.

 

Bolivie-2 4915

 

Bolivie-2 4918

 

Bolivie-2 4922

 

Bolivie-2 4923

 

Les mannequins locaux ont un certain style.

 

Bolivie-2 4937      Bolivie-2 4939      Bolivie-2 4938

 

Les etals de boucherie ne sont pas tres hygieniques, pas de chambre froide.

 

Bolivie-2 4942

 

Bolivie-2 4943

Une vendeuse de bananes

 

Bolivie-2 4945

 

Nous nous retrouvons tous a 13h a l'hotel. Au menu ce midi, salteñas et poulet/frites achetes dans une polleria. On mange tout ca sur notre petite place de la veille.

On prend ensuite la direction de Tarapaya et de ses sources thermales. Apres un changement de combi, nous pouvons admirer la beaute des paysages avec ses roches rouges et jaunes. Les locaux dans le combi sont tous tres sympas.

 

Bolivie-2 4953

 

Le combi nous pose a un embranchement et c'est parti pour une petite marche de 15 min jusqu'au lac.

 

Bolivie-2 4955

 

Il faut payer 10 B chacun pour aller se baigner. Il y a une piscine et apres le lac avec l'eau thermale qui y est plus chaude. C'est bien agreable. Il ne faut pas juste nager au milieu du lac car il y aurait des tourbillons.

 

P1050226

 

On passe un tres bon moment.

 

Bolivie-2 4962

 

Arno, Julien et Clement montent admirer la vue d'un peu plus haut puis c'est l'heure de rentrer.

 

Bolivie-2 4969

 

Sur la route, nous croisons un charmant troupeau d'anes et de nombreux combis qui refusent de nous prendre car ils sont deja pleins.

 

Bolivie-2 1680

 

On arrive finallement par en trouver un ou nous retrouvons toute une bande de jeunes a moitie bourres qui etaient deja dans notre combi a l'aller.

 

On se deniche un resto pour le diner ou l'attente est tres longue mais c'est bon. Je goute au viscache, l'animal hybride entre un lapin et un ecureuil, c'est tres bon.Encore une experience culinaire.

Repost 0
Published by astridetarnaud - dans Bolivie
commenter cet article