Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 14:27

Au moment de commander le taxi, on se rend compte que notre avion ne décolle que à 14H00 au lieu de 11H00. On peut donc profiter de la matinée pour profiter de la plage.

Je retrouve Robert à la plage où l'on repasse un moment à discuter de sa vie et de l'évolution en bien et en moins bien de l'île Rodrigues. Ils veulent monter un petit hôtel avec un resto dans le même concept, humain et familial. L'essence de Rodrigues...

 

                

 

A côté de nous se pose une famille de Rodrigues où les enfants viennent jouer avec les enfants.

Raphaël est le roi au milieu des petites filles toutes souriantes et avenantes.

 

                                                              

 

               

De son côté Maxime se fait des potes avec qui il sautent dans les vagues. Au bout de 5 mn, il commence à avoir peur de ses grands nouveaux copains. Il fait plus son malin face à l'obejectif.

 

       

 

Le bateau de Richard, en équilibre, qui sèche après le grand nettoyage.

 

                                        

 

 

             

 

Les photos souvenirs de cette dernière matinée sur la plage de Saint-François.

 

                       

 

                                                            

 

En prenant les bagages, je fais une dernière photo de notre balcon d'un bouquet de papayes vertes.

 

                    

 

On prend donc ensuite le taxi pour 30 minutes de traversée de l'île pour rejoindre l'aéroport. Ce dernier trajet nous semble familier. On croise de nombreux villages, points de vue, croisements, boutiques qui font maintenant partie de nos connaissances et souvenirs de cette île.

 

On s'arrête pour faire 2-3 photos que je n'avais pas pu faire lors de nos trajets en bus.

 

    

Un marchand de tabac au lieu -dit de la Roche Bon Dieu.

 

 

                                           

 

           

En salle d'embarquement, on achète une BD "Tikoulou à Rodrigues" pour le souvenir.

On quitte donc Rodrigues enchantés de cette île sauvage. On aura adoré ces petites routes, tout le littoral si diversifié pour un si petit périmètre, les couleurs de cette immense lagon, notre gargotte et sa cuisine, les rencontres, l'amabilité des gens et surtout tous ces moments passés tous les 4. Malgré les réveils très matinaux, on se sera éclaté à randonner, se baigner et trainer tous ensemble. Je ne suis pas sûr qu'on y retourne un jour mais j'espère que cette île gardera son âme et  se préservera du tourisme de masse.

 

Les vols se passent sans aucun souci. C'est à mon tour de m'occuper de Raphaël. Ils seront adorables. On récupère notre voiture à Saint-Denis pour la dernière heure de trajet avant de retrouver notre case de Saint-Pierre.

 

 

Je profite de mon dernier lundi pour aller au foot. Cette année de foot aura été unique. Je n'aurai jamais trouvé une bande de potes aussi différents, complémentaires et gentils.

Toutes les soirées auront fini dans la sueur, la bière et la fumée mais toujours avec le regret que c'est déja fini et la certitude que la semaine va être fatigante. En attendant qu'une chose que le lundi suivant arrive vite. Le lieu et magique comme les patrons. Merci à tout le monde et notamment Omid, Etienne et Naël les piliers mais aussi Geoffrey, Tom, Raph, Maxime et Guillaume pour le post-sport.

 

Le mardi, Astrid se replonge dans les valises car elle repart dès ce soir en métropole avec Raphaël pour y passer une semaine car toute la famille fêtent les 60 ans de Christian et les 90 ans d'Oncle Jacques.

Le trajet fut chaud. Raphaël fiévreux passera tout le vol dans les bras d'Astrid.

 

 

Je profite du mercredi matin pour aller faire une session de fractionné au milieu des champs de canne à sucre. Cette petite montée de 200m est belle mais difficile. La vue sur le Dimitile est fascinante et me permet de trouver la motivation pour finir mes série de 7 puis 8... jusqu'à 10. J'imagine au sommet de la côte, les piliers du stade de La Redoute. Le trail de Bourbon se prépare physiquement et psychologiquement.

Je me dépêche à revenir avant 11h00 pour récupérer Maxime à l'école. On s'arrête sur le trajet prendre un carrie au voyageur. Pendant la sieste, Guillaume passe faire un Yam's. Après la sieste, on descend à Décathlon au terrain de jeu pour jouer au Basket et bien entendu au foot.

 

Je profite du jeudi et que Maxime soit à l'école pour passer le début d'après-midi au musée de la canne à sucre à Saint-Leu, Stella Matutina.

Je suis plutôt séduit par ce musée totalement rénové avec pas mal de cinématqiue et de fiches explicatives sur l'histoire et les stades de fabrication du sucre et dérivés. Il manquait juste une cinématique pour synthétisé tous ces stades.

 

 

Le vendredi, je pars faire une grosse session d'entrainement à Cilaos. Je m'arrange avec super Mélanie pour qu'elle récupère Maxime et me le garde une heure le temps que je redescende.

Je me fais encore cette route que j'adore vraiment commençant à vraiment bien la connaitre.

Je pars faire donc la reconnaissance du départ du stade de Cilaos jusqu'au gîte du Piton de neiges soit 13 bornes, 1500 de D+ ainsi que la redescente vers Cilaos qui fera un total de 20 bornes. La montée par la route forestière par la Roche merveilleuse jusqu'au bas du coteau de Kerveguen est une bonne mise en jambe mais il fait bien chaud. Par contre, la montée de 700D+ sur 2 km est raide comme annoncée. Elle passe très bien, on verra bien quand il restera 80 bornes le jourJ. La montée jusqu'au gîte me rappelle notre trip magique avec Jul il y a déjà 6 mois.

 

Je redescends tranquillement jusqu'au stade de Cilaos avec un mal aux jambes certain à l'arrivée mais content de cette petite sortie.

 

On passe certainement le samedi avec Jul, Marie et Léon mais plus de souvenirs très exacts (c'est le problème d'écrire le dernier mois 11 mois plus tard et de ne pas avoir de photos).

 

Le dimanche, on va pique-niquer avec Wale et Loïc (nos potes de Saint-Denis) et leurs filles Marjane et Frida.

On se pose au début de la route de Cilaos au bord du bras de Cilaos.

 

Après le pique-nique, on va se tremper les pieds dans l'eau pour le plus grand plaisir des enfants.

 

                                              

 

                    

 

   

 

                                                     

 

              

 

                                                          

 

On les quitte vers 15H00 pour une autre mission, aller au stade de Saint-Pierre pour voir le derby entre Saint-Pierre et Saint-Louis.

On s'arrête en chemin pour prendre Omid et Soren à leur case puis pour une petite photo de la coupe de la canne qui change le payasage radicalement. On voyait plus, on voit.... la mer, la montagne, les maisons...

 

                                             

 

 

                                                        

 

Il y a un peu de monde, l'ambiance n'est pas folle et le niveau pas excellent non plus. On passe quand même un train bon moment surtout pour Maxime qui est aux anges.

 

               

 

    

Soren fait son animal en cage pour passer le temps qui est une peu long pour un grand garçon de 2 ans.

On retrouve aussi notre pote du foot, Etienne avec un pote à lui.

 

            

 

                                            

 

Maxime descend des tribunes pour se rapprocher de la pelouse. Ca lui permet de mieux admirer... les arbitres de touche.

Au final Saint-Pierre gagne 1-0 ce qui lui permettra 3 journées plus tard d'être sacré Champion de La Réunion. Malgré ce titre de Champion, il ne joue plus, comme il y a 5-10 ans, la ligue des champions africaines...

On finira la soirée chez Omid et Aurélie à bouffer des pizzas puis vite rentrer pour coucher Maxime.

 

 

 

 

On prend donc ensuite le taxi pour 30 minutes de traversée de l'île pour rejoindre l'aéroport. Ce dernier trajet nous semble familier. On croise de nombreux villages, points de vue, croisements, boutiques qui font maintenant partie de nos connaissances et souvenirs de cette île.

Partager cet article

Repost 0
Published by astridetarnaud - dans La Réunion
commenter cet article

commentaires

Régine 14/09/2016 22:27

Une vie trépidante sur une île où tout semble marcher au ralenti !!!!!